Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

HISTOIRE, PATRIMOINE , CULTURE , THEATRE...

27 May

8 Mai 1429 : la libération d'Orléans (1ère partie)

Publié par OLIVIER RACAUD

8 Mai 1429 : la libération d'Orléans (1ère partie)

Bienvenue pour la saga consacrée à cette figure de notre Panthéon national : Jeanne d 'Arc

Aujourd'hui : la libération d'Orléans (1ère partie)

 

 

Rappel du contexte historique : nous sommes en plein dans la Guerre de Cent Ans

 

 

                 Traité_de_Troyes.svg Jeanne d'Arc ou la bergère de Domrémy

 

 

Et Orléans alors  ?

 

Cité importante et plutôt bien défendue par près de 3 kilomètres de remparts, Orléans est un enjeu stratégique essentiel entre les possessions anglaises et les possessions françaises du dauphin Charles. Elle tient un pont unique sur la Loire. Les Anglo-Bourguignons,  attaquent ladite bastille et s'en emparent le 24 octobre 1428. Dès lors commence le siège de la ville.

Les Anglais et leurs alliés bourguignons, au nombre de quelques milliers au total, sont trop peu nombreux pour encercler complètement la ville. Ils se contentent de la ceinturer ....

Le général anglais Salisbury est tué d'un boulet lors d'une inspection et remplacé par le général Talbot, auquel est associé le général  Suffolk, sous le haut commandement du régent, le duc de Bedford, fils d' Henry IV roi d' Angleterre.

 

Photo 1 - Portrait XVIIIe Jean de Lancastre Duc de Bedford  Candale John of Lancaster

Le duc de Bedfort (gravure du XVIIIème siècle)

 

 

Le 12 février 1429, les troupes orléanaises, avec, à leur tête le comte de Longueville Jean Dunois, aussi appelé le " Bâtard d'Orléans " (celui-là même qui va devenir un des lieutenants de Jeanne) tentent une attaque contre un convoi de trois cents chariots de harengs destiné à ravitailler les assiégeants.

 

 

 

                           Fichier:Jean Dunois, comte de Longueville, dit le bâtard d'Orléans, Octave  Tassaert, 1835.png — Wikipédia

Le Bâtard d'Orléans

 

 

... mais c'est un cuisant échec et doivent se replier en laissant de nombreux morts sur le terrain. Éventrés par les boulets, les chariots déversent sur le sol leur cargaison de harengs.

La capitulation d'Orléans semble n'être plus qu'une question de jours et risque d'anéantir les dernières chances de Charles VII et de la dynastie des Valois.

 

 

 

             Charles VII : biographie du roi qui a gagné la guerre de Cent Ans      Charles VII 

                       

À Chinon,  le 25 février 1429, Jeanne d'Arc, jeune bergère lorraine sans instruction, arrive pour convaincre le roi Charles VII de lui confier une petite troupe.

 

 

 

        jeanne darc_bergere La bergère et le roi. Jeanne d'Arc ou la bergère de Domrémy  

                                      Jeanne (enluminure)

 

 

 

Jean d'Aulon, un solide écuyer d'une quarantaine d'années, qui lui restera toujours fidèle, fait son éducation militaire.

Quand elle se présente en avril 1429 devant les chefs de l'armée royale dans son armure de capitaine avec la prétention de libérer Orléans, ceux-ci se moquent d'elle, l'insulte, ricane ...

Mais , animée d'une vitalité et d'une foi sans faille, Jeanne va  rallier à ses côtés d' énergiques capitaines : Étienne de Vignolle, seigneur de La Hire (qui deviendra le valet de coeur dans les jeux de cartes), le duc d'Alençon, ou encore Poton de Xaintrailles ...

 

 

Fichier:Portrait of Etienne de Vignolles aka La Hire, by Louis-Félix Amiel,  1835.png — Wikipédia

Portrait d'Etienne de Vignolles par Louis-Félix Amiel (1835)

 

 

Maison forte de La HIRE - Francescas - Château féodal et ruine médiévale

La Hire ( sur un jeu de cartes)

 

 

Jeanne d'Arc et sa troupe arrivent  devant Orléans. Le 29 avril, la Pucelle fait entrer son armée dans la ville en évitant les Anglais et défile avec le Bâtard d'Orléans, qui défend la cité depuis plusieurs mois.

 

 

 

Jeanne fait son entrée à Orléans (Jean-Jacques Scherrer (1855-1916), 1887, musée des Beaux-Arts, Orléans)

 

 

Comment est-elle vue? 

Une guerrière exceptionnelle ?

Une inconsciente ?

Un signe de la Providence divine ?

 

 

Après plusieurs sorties à la tête de ses troupes, Jeanne oblige l'ennemi à s'enfermer dans les bastilles qui ceinturent la ville. Les assiégeants deviennent, à leur tour, assiégés. 

 

................. la suite au prochain numéro ................

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

HISTOIRE, PATRIMOINE , CULTURE , THEATRE...